• NOUS SOMMES AU SERVICE DE LA COMMUNAUTE
  • Rejoignez nous pour contribuer de manière efficace au développement de notre pays le BENIN.
  • PARTAGE DIASPORA BENINOISE pour le développement du BENIN

Guèlèdè ou Gɛlɛdɛ

Publié le 4 août 2021 à 09:24

À l’origine, le Gèlèdé a pour but de lutter contre toute manœuvre qui peut mettre en danger l’équilibre social des institutions traditionnelles. Il permet de ranimer et de mobiliser la conscience collective. Le patrimoine oral Gèlèdé est une expression culturelle porteuse de valeurs éducatives, artistiques, historiques, techniques, éthiques et philosophiques. Il s’exprime par les chants, la musique et la danse au cours de cérémonies spécifiques.

Le Gèlèdé est avant tout une émanation du pouvoir des « mères » (Lyami) et il cherche tout d’abord à capter leurs bienfaisances, en leur rendant hommage à travers « Iya Nla », la mère primordiale. Les mères ont le pouvoir de donner la vie et elles sont les intermédiaires les plus favorables pour accéder aux divinités. Ce sont elles qui rendent sacrés les objets présents dans les rites cérémonials exécutés exclusivement par les hommes. Ces derniers portent le poids de leur costume et une femme ne pourrait détenir la force suffisante pour exercer les mouvements corporels exigés pendant les cérémonies. Danse, musiques, chants et leurs symboles associés (costumes et masques de bois) sont les formes retenues pour les manifestations de cet art divinatoire.

Une fois le masque sculpté et sacralisé, il va prendre vie au travers d’une danse, accompagnée par un orchestre composé de quatre tam-tam de tailles différentes :

 

  • « Iya Ilu » : tambour mère
  • « Ako Ilu » : tambour mâle
  • « Omélé Abo » : tambour d’accompagnement femelle
  • « Omélé Ako »: tambour d’accompagnement mâle

 

À Ofia, village béninois à proximité de Kétu, on nous explique que la musique est l’essence même du Gèlèdé. L’expression « Gèlèdé » évoque le son des tam-tams que l’Océan a envoyé jadis à des enfants du bord de mer. Ces derniers ont immédiatement tenté de mémoriser ces sonorités et de les reproduire. Pour cela, ils ont ramassé des coquillages sur le sable, les ont reliés les uns aux autres et les ont portés à leurs chevilles. Ce jour, les rythmes du Gèlèdé sont nés.


«   »

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.